KEMETOS, LE NOUVEAU PARADIGME

LIVRE 1: FORTIFICATION  |  PARTIE 3: Entre Vie & Mort

Rapport de la Lieutenant-colonelle Zhougi Kadjani

12234981_1723525401202978_5969072604785664375_n (1)

 

Nos agents dans les points chauds de la frontière nord ne cessent de transmettre des informations alarmantes, du moins qui nous poussent à une plus grande vigilance en termes de sécurité de nos frontières et de la stabilité des régions-états concernées : Mauritanie, Mali, Niger, Tchad et Soudan. Ces rapports prennent une certaine importance depuis l’invasion d’Haïti par des forces non identifiées formellement en 2215 mais que nos armées ont su repousser. Nous connaissons un flux de plus en plus massif de réfugiés, bien plus important que les années précédentes, à la même période. Quelque chose pousse les populations caucasiennes vers le sud, il se passe je ne sais quoi sur le continent européen, nous ne savons toujours pas de quoi il s’agit encore quoi.

Concernant Haïti, un dossier « ouvert » reste toujours sans réponse : l’affaire du Lieutenant Pétion. Toutes mes sources et recoupements d’informations semblent confirmer qu’une ou des personnes ont tenté de faire échouer le bombardement des installations hostiles des forces d’invasion à Cap Haïtien en portant atteinte au succès de la mission en rendant les bombardiers supersoniques engagés visibles aux radars par un marquage sur leurs fuselages. Nous avons entrepris la collecte des débris et nous avons retrouvé des fragments des marqueurs. Ils sont de fabrication artisanale mais les composants électroniques sont africains. Le lieutenant Pétion, seul survivant de son escadron, a été interrogé et ne semble pas très coopératif. L’instruction a été donnée de ne plus l’importuner davantage et il a été aussitôt transféré sur une base de soutien en Australie pour une mission à durée indéterminée auprès du Ulunu Free Aborigenal State.

Il y a plus grave, l’assassinat du secrétaire d’état à la santé par un groupuscule terroriste que nous avons jugulé dans les jours qui ont suivi grâce à l’opération Ginger Nocturne. Nous avions neutralisé les deux groupes de trafiquants qui fournissaient les armes aux groupuscules d’insurgés qui battissent leur réseau de camps de réfugiés. Cependant, l’opération ne fut qu’un demi-succès car sur le plan politique, aucune avancée ne permit de régler la situation critique des demandeurs d’asile et autres illégaux. Ce qui emmena à la situation tendue dans laquelle la lieutenant-colonelle Kudzanaï fut impliquée. Il est consternant et préoccupant de constater ce regain de violence en Afrique continentale avec des atteintes à la vie de personnalités politiques et officiers militaires.

15Une menace se profile à l’horizon et s’apprête à frapper avec une vigueur encore jamais vue sur le continent. Nous ne savons pas quand mais nous estimons que l’attaque viendra par l’ouest et le nord de celui-ci. A cet effet, les recommandations de la Sûreté Intérieure Fédérale est de demander l’activation du plan de Défense Stratégique Continental qui consiste à positionner des forces sur plusieurs lignes de défense. La ligne SAHEL allant du Sénégal au Tchad. La ligne ASHANTI, allant de la Guinée-Bissau au Bénin et la Ligne EQUATEUR, allant du Nigeria à l’Angola. Trois autres lignes de défense seront en réserve opérationnelle car aucune menace n’est à signaler de leur côté. Il s’agit de la ligne MENELIK, allant du Soudan à la Somalie. La ligne KENYATTA, allant du Kenya à Madagascar. La Ligne SHAKA ZULU, protégeant tout le sud du continent. Les forces fédérales et régionales, ainsi que celles sur les îles et territoires autonomes d’outre-mer sont mises en alerte moyenne. Nom de code est LEOPARD ECARLATE.

Fait à Addis Abeba, le 3 janvier 2216,

11855762_1738113209749253_3055540299882606441_n

Zhougi Kadjani, Lieutenant-colonelle

Bureau des Investigations Spéciales

Sureté Intérieure Fédérale